Des vacances de compète !

Actualité rédigée le 25 Oct 2017 par Vincent ROLLET.


 

Tout commence au fil d’une discussion en Janvier 2017, durant le salon de Clermont avec mon pote Michael de la team Garmin. Les compétitions Européennes me trottaient dans la tête depuis déjà un moment, il m’annonce alors que son équipier de l’année précédente, Tristan, ne sera pas disponible pour participer à la Soner Euro Cup… cela n’a pas fait un tour dans mon cerveau et je me suis immédiatement proposé pour faire cette épreuve avec lui, affaire conclue ! Un rêve va pouvoir s’accomplir, je suis aux anges ! S’en suivront sept long mois d’attente, entrecoupés de coups de fil, de mail, de recherches et de préparation matériel. Nous serons 4 équipages pour cette aventure de 15 jours en Espagne avec Stéphane et Mathieu, Silvio et Damien, Ludovic et Jeremy, Michael et moi-même.

Un grand merci à Stéphane qui s’est occupé de nous trouver une super villa et un super restau où nous passerons de très bons moments tous les soirs.

N__1.jpg

Après une douzaine d’heures de route nous arrivons à la villa pour décharger nos affaires et filons directement mettre le bateau à l’eau sur le lac de Garcia de Sola pour faire le coup du soir. Arrivé sur place je suis enchanté, plein soleil, paysage magnifique et pêche ! Michael me conduit de suite sur des zones qu’il connaît. Il enchaîne 2 jolis Bass d’entrée en surface ! Le ton est donné.

J’observe ses techniques mais pour commencer je fais ce que je sais faire. J’alterne poisson nageur et shad afin de couvrir un maximum de surface. C’est le Mushbob qui me rapportera mon premier poisson. Le soleil commence à baisser et l’activité en surface diminue, j’insiste donc au souple avec un Magic Slim Shad en pêchant plus creux tandis que Michael gratte en texas, je suis parallèle à la bordure dans 8m d’eau quand une lourdeur se fait sentir, ferrage en règle suivi d’un super combat. Le poisson sonde plusieurs fois avant qu’on puisse le voit, puis perce enfin la surface juste avant de rentrer dans la filoche. C’est un bœuf, rond comme un ballon qui me fait hurler de joie ! Une photo et le release, je ne pouvais pas rêver mieux pour terminer cette première session.

N__2.jpg

Nous nous apercevons très vite que nos pêches sont bien différentes, un point très positif qui nous assurera une bonne polyvalence sur le bateau.

Le lendemain commence pour moi la découverte du lac de Cijara, lieu de la compétition que Michael connaît déjà très bien. C’est grand, voir même très grand et 10 jours ne seront pas de trop pour explorer aux mieux toutes les différentes zones, à différentes heures. L’idée de base est simple, on insiste sur les postes marqués et on « ventile »sur les bordures pour trouver des zones, oui oui on ventile ! Afin de couvrir tous ces kilomètres de bordure Michael m’a appris à pêcher vite, très vite ! Après un petit temps d’adaptation j’ai fini par y prendre goût et j’ai vite compris que cette méthode serait très porteuse, car en premier lieu il ne s’agit pas de trouver un « patern » mais bien de trouver des « strikes zones »pour ne garder à la fin que celles où l’on a capturé de gros poissons, remplir un quota c’est une chose, le remplir avec de beaux sujets en est une autre. Pour cette technique Michael à l’avant du bateau ratissera en parallèle de la berge tandis que je m’occuperais de pêcher les premiers mètres de la bordure. Pour cela j’ai énormément utilisé mes poissons nageurs, en adaptant bien les profondeurs de nages et les couleurs en fonction de la nature de la bordure, de la couleur de l’eau et de la luminosité. Mes Muscle deep, Mushbob, Rerange, Aska, Chubble, Squirrel et j’en passe, auront été d’une grande efficacité.

N__3.jpg

Concernant les postes plus marqués comme les structures, les bois ou les têtes de roche la pêche se faisait de façon plus «traditionnel » mais au final était bien là les techniques que je maîtrisais le moins ! Wacky, Texas rig, Neko rig, Jika rig...Il m’a donc fallu du temps et de la pratique pour comprendre ces pêches et surtout prendre confiance ! J’ai aussi gagné pas mal de temps grâce aux connaissances de Michael dans ces différentes techniques, merci Néné !

Côté leurres et sans surprise le Flick shake à fait bon nombre de poissons, ainsi que le Scissor comb, le I-shad tail, les chunk craws etc…

N__4.JPG

Ces journées intensives de practice sous un soleil de plomb et mon humeur « festive » du soir m’ont rappelé à l’ordre au milieu de la première semaine avec un gros coup de fatigue. Une journée éprouvante s’en suivra, où j’ai enchaîné les accros, les conneries et les injures… mon capitaine et notre ami Florian qui nous avait rejoint ce jour-là ont donc pêché avec un fantôme, hahah ! La journée c’est néanmoins terminée par la capture de mon record Bass avec un poisson de 56cm, pris avec un vibration, le Trigon nouveauté à découvrir bientôt, dans 5 bons mètres d’eau ! Un bon souvenir me restera de cette journée « off » avec un lunker suivi d’une bonne nuit de récupération !

N__5.JPG

Au fil des jours nous avons dessiné notre stratégie, notre parcours, sans jamais faire des quotas de l’espace comme certain l’ont réussi à presque 10 kilos, mais avec une moyenne constante à 7.5kg quelque soit les conditions. Nous avions donc un plan solide pour enchaîner 2 jours de compétitions, avec des zones réparties sur tout le lac et des postes variés. Le tirage au sort ayant été fait quelques jours avant la compétition nous savions que nous partirons dans les 35 derniers bateaux, sur 130, il y a donc une centaine de bateaux qui partiront avant nous le premier jour. Nous avons définis durant le dernier jour de Pre-fishing la zone par laquelle on allait attaquer le matin de la compétition avec un plan B si jamais elle était déjà prise. 

 N__17.JPG

Le Pre-fishing étant interdit les 3 jours précédents la compétition nous en profitons pour mélanger les équipages, histoires de voir d’autres techniques, de partager certaines choses et aussi de décompresser à grand coup de rigolade sur le lac de Garcia de Sola! Nous en profitons également avec Ludovic et Jeremy, alias les Suisses, pour aller pêcher le lac d’Orellana. Une super journée en leur compagnie ou j’étais plié de rire les 3/4 du temps, ne changez rien les gars ! Les jolis Bass n’étaient pas évident à prendre ce jour-là, nous nous sommes donc accordés quelques heures à la recherche du brochet en fin de journée avec quelques touches et des captures de poissons moyens.

Le vendredi, veille de la compétition, tout le monde reste à quai. On vide les bateaux, petit coup de nettoyage au passage, réorganisation des boites, on ne garde que l’essentiel afin de ne pas se perdre durant la pêche. On refait toutes les cannes, les montages, les moulinets ; tout doit être prêt à faire feu dès les premières secondes de la compétition. En fin d’après midi nous nous rendons à côté du lac pour la désinfection du bateau puis à la mise à l’eau pour valider notre équipage et passer devant le photographe. Nous rentrons gentiment à la maison, le stress commence à monter, une bonne nuit de sommeil est nécessaire pour bien démarrer.

N__8.JPG

Samedi matin, le réveil sonne, il est 4h. Un bon café et en route pour la mise à l’eau. Sur place l’organisation est bien rodée, tout va très vite et dans la bonne humeur. Le soleil se lève, tout le monde est prêt. Nous montons sur le bateau et commençons à nous rapprocher de la ligne de départ en attendant qu’on appelle notre numéro.

N__9.jpg

Top départ, Michael pousse le Z7 à fond pour arriver le plus vite possible sur notre première zone. La zone est libre, parfait. On se tape dans la main et commençons à pêcher. Je suis au Rerange 130 et Michael au souple, je me fais atteler au bout de 10min par un poisson de 1kg880 ! Cris de joie et c’est repartis, seulement quelques minutes plus tard je shoot sur une chasse bien propre, deux coups de scion et c’est pendu ! Un poisson de presque 1.4kg cette fois, on écume le poste puis nous partons faire notre parcours, zone après zone, et à chaque fois les poissons rentrent, Michael enchaîne aussi les fishs, nous sommes dans une super dynamique ! Notre plan tiendra jusqu’au soir sans aucune faille ! Juste extra ! Nous avons capturés en tout une vingtaine de poissons maillés durant cette journée pour terminer avec un panier de 7.7kg qui nous place 22eme de la première manche. Un résultat qui nous satisfait et qui correspond bien à la régularité de notre entraînement. On se concerte pour le lendemain et on affine notre stratégie avant une courte nuit de sommeil.

N__10.jpg

Dimanche matin, on est fin prêt pour en découdre à nouveau ! Le top départ est lancé, grosse montée d’adrénaline, à fond en direction de la nouvelle zone qu’on a choisi pour débuter la manche. Rien ne se passe durant les 30 premières minutes puis on comprend que les poissons sont décalés du poste, on s’écarte, premier shoot et c’est attelé, le poisson sort de l’eau, c’est une vache ! 10 sec de combat et je le perds. Déçu je ramène à fond pour refaire un shoot dans cette zone, et rebelote c’est attelé, un petit peu moins gros mais c’est encore un joli poisson ! Mais au bout de peu de temps je le décroche également. Gros coup au moral, une colère profonde s’installe, je ramène mon leurre et m’aperçois que mes deux hameçons sont ouverts, raison pour laquelle j’ai dû perdre le premier poisson. Je remplace tout ça en speed et relance sur la zone alors que Michael ponce la zone comme un malade à la recherche d’un autre poisson actif mais hélas plus rien ne se passera. On décide quand même de rester sur le poste mais de chercher les poissons beaucoup plus profonds. Et bingo, je prends un poisson correct dans 12m d’eau en drop avec un I-Shad tail. Un petit coup de boost qui fait du bien au moral. Ensuite sur les autres zones j’ai pris l’épuisette car Michael était chaud bouillant ! A chaque nouvelle zone il me sortait un poisson, je me suis donc peu à peu rapprocher au maximum de sa pêche pour reproduire la même chose que lui. Quelques faux espoirs avec un joli brochet, un joli sandre et quelques poissons pas suffisamment gros pour faire tourner le quota viendront à l’épuisette. Et a 20min de la fin je l’entends qui crie « poisson », son Artist black ops est cintrée, il tient un poisson plus que correct et le perd à son tour ! Dommage car cette prise nous aurait permis de remplacer un poisson d’à peine 1kg de notre quota. Rageant !!!

N__11.jpg

La manche se terminera sur cette petite note amère mais nous relativisons ! Un quota de 6.5kg le deuxième jour, aux vues des paniers des autres équipages, devrait nous maintenir dans le top 25 ! On passe à la pesée, on remonte le bateau et retournons au QG pour voir la fin des pesées. Après une petite heure d’attente le classement s’affiche enfin sur le grand écran en commençant par la fin, les pages défilent les unes après les autres, arrivé au 20eme nous n’avons toujours pas vu notre équipage, top 20 assuré ! A la page suivante on voit notre équipage à la 11eme position ! Super content du résultat, une accolade pour fêter ça puis nous sommes appelés sur le podium, on nous remet alors notre médaille, une canne chacun et un sac rempli de goodies. Nous terminons également premier équipage Français ! Une sacrée compétition que je ne suis pas prêt d’oublier !

N__12.JPG

Merci à tous ceux qui nous soutiennent depuis le début, Thomas Vogels et Fred Jullian avec Illex, Thomas Doret avec Garmin et Hélia Leclerc avec le magasin Hel’s pêche !

IMG_4372.jpg

 

 

Du même auteur :

Le Rhythme wave , il en a dans le ventre ! (12 Jul 2017 )

Rhythme Wave. (18 Apr 2017 )

Vidéos

Conseils

REVENDEUR WEB

PROSHOPS

illex