JUNO EEL 150 : NORMANDY’S FINEST

Actualité rédigée le 3 Sep 2014 par Samuel LEMIERE.

 

Depuis la saison 2012 j’ai passé beaucoup de temps à fignoler le NSJB Juno Eel 150 sans prendre le temps d’en faire une présentation complète ! De là à dire que je préfère être sur l’eau que devant un clavier… Allez, rectifions ça !

 

1.jpg

 

A contrepied de la plupart des leurres à caudale existant sur le marché, le Juno Eel est fin, souple et léger : 150 mm pour 5 g. Il est à classer dans la catégorie plutôt confidentielle des shad super-finesse.

 

Le Juno Eel 150 reprend les bases de la série NSJB (ventre salé, attractant Nitro Booster), série qui doit en grande partie son succès au génial contraste entre une petite caudale très réactive et un corps relativement raide et stable.

 

2.jpg

 

Bien que je ne pratique pas dans une région exceptionnellement riche en lançons (les plages du Débarquement, je vous laisse deviner laquelle en particulier), j’ai toujours eu une forte préférence pour les leurres slim. Et finalement, en dehors des slugs et de quelques soft jerkbaits effilés, il y a peu de solution lorsque l’on veut se tourner vers des imitations de proies filiformes (lançon, équille, néréide, syngnathe…) en restant sur des leurres à caudale. Voilà ce qui a motivé la création du Juno Eel 150 : disposer d’un shad slim (ASAP, as slim as possible !), d’une souplesse proche des slugs, doté d’une queue hyper réactive et destiné aux aficionados des pêches light du bord et en bateau.

 

Si on le compare au NSJB 112, le volume de la caudale du Juno Eel 150 a été réduit de 30 %, afin :

  • D’avoir du mouvement en permanence, même en statique sous un courant très faible.

  • D’augmenter la rapidité de réponse du shad : la queue vibre franchement à la moindre tirée, même avec de petites têtes plombées.

En outre, la viscosité du leurre a été longuement travaillée jusqu’à obtenir une texture assez souple pour vibrer facilement mais suffisamment dure pour que le shad effectue un léger rolling et se fasse remarquer.

 

3.jpg

 

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, avec un équipement light bien dimensionné il est tout à fait possible de sentir les vibrations du leurre lors des animations en traction légère.

 

Le NSJB Juno Eel 150 est décliné cette année en 6 coloris, dont les classiques Clear Ayu et Green Sprat plébiscités dans les versions NSJB 112 et 116, et d’autres couleurs depuis longtemps attendues comme le Glow Sight Flash (blanc phospho/pailleté argent) et le Anis Sand Eel (vert anis/pailleté argent).

 

4.jpg

 

De haut en bas :

  • Glow Sight Flash

  • Anis Sand Eel

  • Green Sprat

  • Blue Herring

  • Green Minnow

  • Clear Ayu

Venons-en aux montages et aux animations. Avec un produit de ce type, inutile d’aller chercher dans vos boites les grosses têtes plombées de 50 g. Là il faut se forcer à pêcher le plus léger possible. Le leurre s’exprimera parfaitement avec des têtes de 3 g à 15 g.

 

5.jpg

 

Depuis la côte, je privilégie une animation qui s’apparente à un shaking intensif : leurre sur le fond, canne haute, il s’agit d’imprimer en permanence et très rapidement des micro-secousses avec la pointe du scion tout en récupérant le plus doucement possible. On parvient ainsi à suivre le fond, tout en limitant les accrochages puisque chaque impulsion aide le leurre à se désengager des obstacles et maintient le pêcheur sur ses gardes pour réagir rapidement lorsque l’on sent que ça ne va pas passer. A l’inverse, avec une récupération linéaire lente, les leurres même légers ont tendance à venir se planter doucement mais surement dans le moindre caillou ou herbier, et là bien souvent c’est trop tard…

 

6.jpg

 

L’effet obtenu du lors du shaking est un tremblement du corps du leurre (shivering) tête sur le fond ponctué de petits bonds successifs, dévastateur quand les poissons sont à la recherche de lançons, d’équilles ou de vers sur le sable. Je procède de la même manière lorsque je pêche à gratter en bateau. C’est amusant de constater qu’avec ce leurre j’ai souvent eu de meilleurs résultats que les « anciens » qui pêchaient les mêmes dérives avec un lançon mort monté sur une tête plombée.

 

Lorsque les poissons sont plus actifs je vous conseille de jouer davantage sur les tractions/coulées en alternant avec des petits twitchs bien sentis pour que le leurre vibre fort et se contorsionne.

 

Enfin, étonnamment, j’ai souvent eu de très bons résultats en récupération linéaire rapide juste sous la surface. C’est assez rare de procéder ainsi avec des leurres light que l’on exploite en priorité avec patience et délicatesse mais sur les petits fonds, lorsque la couche d’eau en surface n’est pas trop froide, ça vous réservera de belles surprises !

 

7.jpg

 

Toutes les formes de tête peuvent être utilisées, notamment la Straight Jig Head, la Texas Jig Head, la Finesse Jig Head et bien sûr la NSJB Juno Eel Head, version light de la célèbre Lightning Head que vous avez été nombreux à nous réclamer en grammage léger avec un hameçon de plus petite taille mais fort de fer. C’est chose faite avec cette gamme de têtes de 3,5 g, 5 g, 7 g et 10 g, équipées d’un hameçon Owner renforcé à hampe courte.

 

La vidéo suivante vous donnera un aperçu du comportement du leurre monté sur les têtes plombées que je viens d’évoquer :

 

 

Une autre, en récupération linéaire :

  

Encore une fois, il ne faut pas être obsédé par la forme de la tête mais plutôt rechercher le poids minimal pour laisser le maximum de liberté au shad !

 

L’utilisation d’une canne adaptée aux pêches light est indispensable. Pour les têtes à partir de 7 g, j’aime beaucoup la The Artist S-210 M, la Element Rider S-210 M Stalking Special ou encore la Delivrance S-210 M Water Front Versatile, et pour les têtes plombées de plus faible grammage la Ashura Pepper S-210 ML Akoya Pearl. Avec un moulinet en taille 2500, une tresse PE 0.8 ou PE 1 et un fluoro en 26/100 vous serez parfaitement à votre aise.

 

8.jpg

 

Sauve bredouille pour les uns, leurre finesse de base pour les autres aux côtés des Super Pin Tail et I Shad, le Juno Eel 150 compte déjà nombre de 70 up à son tableau et trouvera facilement sa place dans votre boîte. Ne perdez pas de vue que les pêches light ne sont pas pour autant synonyme de downsizing extrême, il est parfois plus judicieux d’affiner la silhouette pour coller aux proies du moment que de passer systématiquement sur des leurres de 3 pouces !

 

9.jpg

 

Pour finir, si vous souhaitez descendre plus profond avec le Juno (épaves, ridens…), sachez que les retours « eau douce » sont particulièrement positifs sur la recherche des grosses perches en montage heavy drop shot, si ca peut donner des idées à certains…

 

Samuel

 

Du même auteur :

Lame RUNNER BLADE 115 : Hard is back (2/2) (12 Jun 2017 )

Lame RUNNER BLADE 115 : Hard is back (1/2) (16 May 2017 )

Dexter Shad : Saison 1 (20 Sep 2013 )

NITRO "LIGHTNING" (19 Sep 2007 )

Vidéos

Conseils

REVENDEUR WEB

PROSHOPS

illex