News : Le Tricoroll « vairon ».

Actualité rédigée le 23 Jun 2014 par Alain FOULON.

À l’occasion des tests réalisés au mois de juillet dernier dans le dessein de valider la toute prochaine gamme de cannes à lancer « Stream Master » conçue à l’usage exclusif des pêcheurs de truites, j’ai beaucoup employé le Tricoroll 47S dans le coloris vairon dont l’efficacité ne s’est jamais démentie depuis l’avènement du premier modèle proposé par Illex.

Tricoroll_vairon_20.JPG

Lors de la dernière journée, j’ai privilégié cette couleur en raison de la qualité de ses micros pigments qui captent le moindre éclat de lumière et renvoient d’imperceptibles reflets dont l’efficacité demeure redoutable quelles que soient les conditions de luminosité dans lesquelles vous l’employez. Sans préjuger de la qualité des autres coloris de la gamme lors des phases de tests, quelques lancers me rassurèrent sur les truites arc-en-ciel d’un parcours no-kill dont la méfiance est quelquefois surprenante malgré leur origine. Mais c’est surtout sur un parcours de la Dordogne en seconde catégorie que ce choix se révéla judicieux - sans que je m’en aperçoive dans un premier temps avant que l’un de mes compagnons de pêche ne me l’indique - car de nombreux vairons occupaient les frayères dans de faibles profondeurs d’eau. Quelques jolies truites se tenaient vraisemblablement à l’affût, prêtes à fondre sur eux au moindre écart de leur part.

Tricoroll_vairon_14.JPG

Dans un petit courant moutonné situé sous une voûte végétale, une belle truite se saisit de ce leurre avec une certaine délicatesse. Une fois ferrée, elle donna quelques coups de tête assez violents avant de dévaler sur quelques mètres. Finalement, après une belle chandelle au ras des basses branches, elle finit par se décrocher. Frustré, voire passablement agacé, je poursuivis ma prospection vers l’amont sans véritable conviction. Mais à ma grande surprise, mon Tricoroll fut intercepté au ras d’une structure en bois immergée bloquée par les flots dans les enrochements de bordure. Cette attaque plus violente fut suivie par plusieurs coups de tête rageurs et de courtes accélérations que contenait ma Stream Master malgré la finesse de son blank. Sûr de sa force, le poisson se tenait dans la veine d’eau la plus puissante en maintenant son corps en travers pour mieux s’appuyer sur le courant ou en modifiant ses trajectoires par de rapides mouvements latéraux. Finalement, je parvins à la faire monter près de la surface pour la mettre à l’épuisette dans d’impressionnantes éclaboussures. Après les photographies d’usage, cette magnifique truite fût rendue à son élément.

Tricoroll_vairon3.JPG

Tricoroll_vairon4.JPGTricoroll_vairon5.JPG

Tricoroll_vairon13.JPG

Si le choix de ce coloris semblait pragmatique, les peintures dont il est affublé dépassent très largement l’argument selon lequel il est nécessaire, voire indispensable, de proposer un leurre parfaitement imitatif – à l’instar du choix que doit opérer le pêcheur à la mouche au moment de sélectionner son artificielle. En fait, la truite est capable de réagir à n’importe quel signal visuel pourvu que le poisson nageur transmette « cette impression de vie » qui favorisera le déclenchement de l’attaque. Bien entendu, quelques détails visuels comme le signal « œil » ou les tâches « juvéniles » situées sur les flancs ne peuvent que favoriser la validation de la phase d’attaque qui intervient toujours en quelques fractions de secondes. D’ailleurs, les meilleures reproductions, quel que soit leur niveau de finition, ne seront jamais que des ersatz.

La pêche aux leurres demeure toutefois un bassin expérimental dans lequel peut s’exprimer toute l’imagination des pêcheurs et des concepteurs. À titre personnel, j’éprouve toujours une immense satisfaction à capturer une truite avec un nouveau modèle ou un nouveau coloris. Cependant, il faut pouvoir avoir recours à un leurre dont on connaît l’efficacité et dans lequel on est en mesure de placer sa confiance pour construire un Pattern (stratégie de pêche) : c’est le cas avec ce Tricoroll vairon. Plusieurs sessions confirmèrent ses aptitudes à tromper la vigilance des truites du Limousin… et d’ailleurs.

FOULON_ALAIN.jpg

Tricoroll_vairon8.JPGTricoroll_vairon_1.JPG

Depuis cette date, j’ai régulièrement utilisé le Tricoroll vairon qui, depuis le début de saison, est proposé dans sa déclinaison Le monde de la truite (LMDLT) en version 55 HW  (Heavy Weight, coulant rapide) équipé de deux hameçons simples sans ardillon. Disponible pour l’ouverture de la pêche en première catégorie, le coloris est directement inspiré du banc de vairons que nous avions observé sur la Dordogne l’été dernier.

Tricoroll_vairon7.JPG

De fait, il s’est révélé particulièrement efficace au mois de mars alors que les eaux affichaient entre 4 et 6 degrés, et qu’une forte luminosité inondait les cours d’eau en l’absence de végétation rivulaire. Il m’a ainsi sauvé plusieurs fois d’une bredouille annoncée face à des truites circonspectes et difficiles à leurrer. Le jour de l’ouverture, nous avions prospecté un secteur après le passage d’autres pêcheurs qui avaient scrupuleusement peigné les moindres zones de ralentissement. C’est donc dans les courants que nous étions parvenu à provoquer quelques rares attaques de truites qui n’avaient pas été sollicitées par nos devanciers.

Tricoroll_vairon_11.JPGTricoroll_vairon_12.JPG

Les sessions suivantes s’étaient déroulées de façon identique avec de timides attaques au niveau de l’armement de queue. Sur une rivière du Puy–de-Dôme, le coloris LMDLT me permit de piquer cinq poissons en fin d’après-midi alors que les trois premières heures s’étaient soldées par une très grosse déconvenue.

Tricoroll_vairon_18.JPGTricoroll_vairon_15.JPG

Tricoroll_vairon_17.JPGTricoroll_vairon_16.JPG

C’est en l’observant dans l’eau que l’on se rend compte à quel point ce coloris présente une robe très contrastée rehaussée d'un trait noir au niveau du ventre et une tache Ayu au niveau de l'opercule.

Au plaisir de vous rencontrer au bord de l'eau.

 

Alain Foulon

 

 

Vidéos

Conseils

REVENDEUR WEB

PROSHOPS

illex