Ouverture en seconde catégorie.

Actualité rédigée le 26 May 2014 par Alain FOULON.

L’ouverture de la pêche est avant tout une journée porteuse d’espoirs après une longue période durant laquelle les rivières ont bénéficié d’une quiétude aux vertus réparatrices. C’est donc l’âme légère que j’avais décidé de revenir sur mes anciennes terres corréziennes pour retrouver Aurélien Bachellerie dans son fief tulliste.

Après une soirée vouée à notre passion commune et à la préparation minutieuse de notre matériel, de belles truites allaient hanter une nuit courte et agitée en attendant de retrouver les eaux de seconde catégorie. Nous prîmes la direction de la Dordogne dans l’obscurité et nous engageâmes sur la route départementale sinueuse nous menant à Argentat. Aurélien stationna son véhicule à quelques encablures de la rivière. Tandis que nous nous équipions, il me fit part de ses espoirs de piquer un beau poisson sur un secteur qu’il connaissait bien.

Une fois au bord de l’eau, nous peignâmes lentement et méticuleusement les bordures en privilégiant les cassures et les environs immédiats des obstacles immergés. Une touche franche et violente au ras d’un gros rocher à semi immergé me procura mon premier poisson d’environ une trentaine de centimètres. La journée s’annonçait sous les meilleurs hospices, tandis que nous longions précautionneusement la rive sur laquelle nous nous tenions.

Sur un immense radier, une prospection canne haute des dérives naturelles en fin de radier nous offrit plusieurs attaques et quelques poissons supplémentaires dont quelques uns se décrochèrent après de spectaculaires acrobaties.

Plus en aval, nous dûmes peigner avec insistance les petits courants de bordure sous les frondaisons où quelques truites combatives se laissèrent tromper par le Tricoroll que j’avais sélectionné dès le début de la session pour ses qualités de rolling en animation lente.

Après cette première prise de contact durant laquelle nous n'avions touché aucun gros poisson, nous rebroussâmes chemin et rejoignîmes notre véhicule auprès duquel nous dégustâmes nos croissants accompagnés d’un petit café comme le veut la tradition. 

Ouverture_seconde_13.JPGOuverture_seconde_14.JPG

Ouverture_seconde_15.JPG

 

Ouverture_seconde_1.JPG

 

Ouverture_seconde_2.JPG

Une fois réconfortés par cette petite collation matinale, nous décidâmes de descendre le cours d’eau pour échapper aux barques dans lesquelles se tenaient plusieurs pêcheurs assez peu scrupuleux.

Lors du trajet, nous nous rendîmes compte que la moindre place de stationnement était occupée par au moins un véhicule. Finalement, celui que convoitait Aurélien était libre. Nous rejoignîmes les bords de la Dordogne après avoir traversé un petit bois humide et emprunté un sentier composé des galets de la rivière.

Mon compagnon de pêche choisit de prospecter l’amont qui lui avait valu plusieurs prises lors de la saison précédente. L’aval était composé d’un radier rapide et moutonneux, tandis qu’un petit îlot formé des galets de la rivière créait une cassure marquée dans son sillage.

Accroupi pour ne pas effrayer les truites susceptibles d’occuper ce poste, j’expédiai mon leurre en effectuant un lancer trois-quarts aval en direction du courant pour que ce dernier rabatte mon leurre au niveau de la ligne de réunion des eaux. Au cinquième lancer, une attaque brutale marqua le début d’un combat intense m’indiquant que je tenais un beau poisson.

Une truite de belle taille donnait de puissants coups de tête et pesait de tout son poids en s’appuyant sur la veine d’eau la plus puissante. Après un combat âpre ponctué par mes cris répétés destinés à alerter Aurélien, je parvins à faire glisser ce magnifique poisson dans ma vaste épuisette à l’instant précis où mon camarade surgit du bois dans un état d’excitation que ma propre exaltation amplifiait. Cette truite avait des proportions parfaites et nous pûmes l’admirer longuement avant de faire les photographies d’usage et de la rendre à son élément. L’emploi des hameçons simples sans ardillon que j’utilise exclusivement facilita grandement cette opération et nous fûmes soulagés de la voir s’éloigner avec une belle vivacité.

DSCF1267.JPG

Ouverture_seconde_3.JPGOuverture_seconde_4.JPGOuverture_seconde_5.JPGOuverture_seconde_6.JPGOuverture_seconde_7.JPGOuverture_seconde_8.JPG

Après les embrassades d’usage, la pêche repris de plus belle. Sur le même coup, une attaque encore plus violente m’arracha littéralement la canne des mains, le poisson me prenant une dizaine de mètres dès la première prise de contact. Le choix du Tricoroll s’était révélé pertinent et j’étais une nouvelle fois attelé à un poisson particulièrement combatif. Aurélien parvint finalement à mettre à l’épuisette cette jolie truite qui, sans être de la taille de la précédente, n’en demeurait pas moins un poisson fort respectable qui avait lutté avec une belle énergie.

Après de telles émotions, il est difficile de trouver assez de ressources pour continuer à pêcher avec toute l’application requise, mais nous poursuivâmes néanmoins notre prospection sur d’autres secteurs qui se révélèrent moins productifs.

Finalement, nous terminâmes dans les environs d’Argentat avant que le crépuscule ne vienne définitivement mettre un terme à cette mémorable journée. 

Ouverture_seconde_9.JPG

Ouverture_seconde11.JPG

Ouverture_seconde_10.JPGOuverture_seconde_12.JPG

C’est sûr, Aurélien et moi nous souviendrons longtemps de cette ouverture au cours de laquelle nous relâchâmes de nombreuses truites. 

Au plaisir de vous rencontrer au bord de l'eau.

Alain Foulon

 

Vidéos

Conseils

REVENDEUR WEB

PROSHOPS

illex