Un leurre indispensable pour la truite : la Mini York.

Actualité rédigée le 26 Sep 2014 par Alain FOULON.

Depuis le début de la saison, la Mini York fait partie des leurres que j'ai le plus employés et qui m'a valu les résultats les plus réguliers dans de nombreuses rivières françaises. Après plus de deux ans d'utilisation, je peux affirmer que cette cuillère ondulante est un leurre de tout premier ordre pour la truite. Au mois de juin dernier, elle a même déclenché l'attaque d'un saumon de plus du mètre qui a finalement rompu ma ligne extrêmement fine en donnant deux puissants coups de tête alors que je recherchais les truites sur une rivière auvergnate.
 DSCF2456.JPG
 
Zone d’emploi.
« La forme effilée et très légèrement galbée de la Mini York désigne ce modèle pour un usage en petite et moyenne rivière, notamment quand les truites se montrent de plus en plus circonspectes vis-à-vis d’un leurre. Elle demeure efficace sur les parcours relativement lents et peu profonds des rivières, dans les courants plus soutenus, mais également dans les réservoirs »
 
Canne.
« L’emploi d’une canne ultra-light doit être privilégié (2 à 6 g), un modèle légèrement plus puissant pouvant convenir (2 à 8 g). Une action regular ou Slow permettra d’optimaliser l’action de ce leurre et d’absorber une partie des vibrations générées par l’ondulation de sa nage. »
 
Moulinet.
« Une taille 1000 à 2000 avec un ratio assez faible (5.0:1) est suffisante en raison de la nécessité de récupérer ce leurre assez lentement pour lui permettre de travailler à la bonne profondeur et à une vitesse assez faible. Toutefois, un ratio plus élevé permettra d'animer la Mini York en twitching »
 
Ligne.
« Pour la rivière, j'ai longtemps privilégié le nylon pour ses qualités de souplesse et de résistance à l’abrasion. Il faut, bien évidemment, sélectionner un monofilament susceptible de limiter les effets du vrillage que ne manque pas d'occasionner un leurre ondulant ou vibratoire (toujours supérieur à un autre leurre dur). En revanche, la grosseur de la ligne est déterminante pour exploiter les qualités natatoires de la Mini York. Aussi, un diamètre compris entre 13 et 16 centièmes (maximum pour le plus gros grammage) est indispensable pour permettre à ce leurre de rejoindre la bonne profondeur et l’empêcher de décrocher à la moindre accélération du courant ou de la récupération du pêcheur en dérive trois-quarts aval. Depuis le début de la saison, j'emploie une micro-tresse (0.3 PE) qui dispose d'une incroyable souplesse et me permet d'animer ce leurre de façon remarquable. »
 
Caractéristiques de la nage.
« La Mini York possède une nage à large débattement et à forte amplitude, mais de faible intensité. Lors de sa descente, elle oscille avec un fort effet de rolling susceptible de provoquer, à lui seul, l’attaque d’une truite postée contre une bordure ou sous un obstacle immergé à condition que le leurre soit posé au plus près de ces structures. ».
 
Animation et récupération de la York Spoon.
« La Mini York peut, tout à la fois, être récupérée de façon linéaire et continue au moulinet - j’ai privilégié ce mode de prospection lors de mes tests initiaux avec un positionnement bas ou haut de la canne selon la profondeur de la rivière. Il est possible de faire travailler ce leurre de manière plus saccadée en twintching, mais également en Jerking. Quant à l’animation, elle varie selon le milieu, mais également l’humeur du poisson qui peut se montrer particulièrement méfiant quand il est trop fréquemment sollicité. En rivière, je privilégie les animations « canne basse » afin de faire évoluer mon leurre le plus près possible du fond. Je sélectionne les secteurs de rivière présentant un courant assez lent et profond sur un fond d’enrochement susceptible d’abriter quelques truites. Je prospecte généralement les bordures (berges creuses, enrochements,...) trois-quarts aval ou trois-quarts amont afin de permettre au courant de s’appuyer sur la palette. Cette simple tension est suffisante pour faire travailler ce leurre, le pêcheur jouant sur l’inclinaison de sa canne pour compenser les effets des turbulences de la veine d’eau exploitée. Si la pression est trop forte, la cuillère ondulante – comme tout autre leurre – a tendance à remonter et à sortir de sa dérive. Une pêche à démouliner est donc possible, voire quelquefois indispensable, pour bien exploiter une dérive naturelle. Toutefois, la formation du fameux arc de cercle demeure l’instant privilégié durant lequel la plupart des attaques interviennent. Si le courant n’est pas trop puissant et le leurre adapté (taille, forme et poids) aux contraintes hydrauliques, une récupération continue au moulinet est le meilleur moyen de déclencher une attaque, le pêcheur se limitant à soutenir la dérive en récupérant à la vitesse minimale jusqu’à la formation de l’arc de cercle. Pour ceux qui savent en tirer parti, le courant est un précieux allié qu’il convient d’apprivoiser. Depuis les premiers tests qui sont intervenus en 2012, j'ai progressivement varié mes animations et je n'hésite plus à animer cette Mini-York comme je le ferais avec un poisson nageur.»
 
Manière de nouer la Mini York.
« Deux solutions s’offrent aux pêcheurs : la première consiste à nouer une petite agrafe à la ligne (taille 000 à 0 selon le modèle). Ce système permet de changer rapidement de modèle selon les conditions de pêche rencontrées. La seconde nécessite de monter un anneau brisé (de la même taille que celui reliant l’hameçon simple à la cuiller) dont la première conséquence sera d’obliger le pêcheur à réaliser un nouveau nœud à chaque changement de leurre. »
Quelles que soient les conditions de pêche et l'état des eaux, je débute régulièremet mes sessions avec une Mini-York, notamment le matin quand les poissons sont "à la fenêtre". Cette stratégie me permet souvent de déclencher quelques attaques alors que mes compagnons de pêches éprouvent plus de difficultés au moyen d'un PN. Déclinée en trois grammages (1.5, 2 et 3.5 g) pour une taille unique (35 mm), mon pattern repose souvent sur cette cuiller ondulante depuis le début de saison. La nacre d'abalone, qui constinue le revêtement expérieur de ce leurre, apporte une indéniable plus-value quand les conditions sont difficiles. Enfin, cette cuiller ondulante se lance avec beaucoup de précision grâce à la densité du matériau qui la compose. 

DSCF1112.JPGDSCF2117.JPGDSCF2198.JPGDSCF2221.JPGDSCF2229.JPGDSCF2239.JPGDSCF2254.JPGDSCF2259.JPGDSCF2362.JPG

DSCF2386.JPGDSCF2409.JPGDSCF2450.JPGP1020588.JPG

 Au plaisir de vous rencontrer au bord de l'eau !

Alain Foulon

 

 

Vidéos

Conseils

REVENDEUR WEB

PROSHOPS

illex